Chapitre 2 – Les qualités requises de l’abbé (suite)

SURTOUT QU’IL NE PERDE PAS de vue ni ne sous-estime le salut des âmes à lui confiées, pour ne pas donner plus de soins aux choses passagères, terrestres et caduques.
Mais qu’il pense toujours que ce sont des âmes qu’il a reçu à conduire, dont il devra rendre compte.
Et pour ne pas tirer prétexte du risque de perte matérielle, il se souviendra qu’il est écrit : Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice et tout cela vous sera donné de surcroît ;
et encore : Rien ne manque à ceux qui le craignent.
Qu’il sache qu’il a reçu des âmes à conduire, et se prépare à en rendre compte.
Qu’il tienne pour assuré qu’il devra, au jour du jugement, rendre compte au Seigneur des âmes de tous les frères dont il se sait chargé, quel qu’en soit le nombre, et sans aucun doute aussi de la sienne.
Ainsi, redoutant le futur bilan du pasteur au sujet des brebis à lui confiées, quand il jugera autrui, il sera circonspect sur lui-même ;
et, travaillant par ses monitions à corriger les autres, il corrigera lui-même ses défauts.

 

15 janvier
16 mai
15 septembre

Cette entrée a été publiée dans La regle de Saint Benoit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.