Chapitre 2 – Les qualités requises de l’abbé (suite)

DANS SON ENSEIGNEMENT, en effet, l’abbé doit toujours observer cette directive de l’Apôtre : Reprends, exhorte, menace,
c’est-à-dire, mêler selon les circonstances la sévérité à la douceur, et montrer soit la rigueur d’un maître, soit la bonté d’un père.
Aussi l’incitons-nous à reprendre vertement les indisciplinés et les turbulents ; à exhorter les obéissants, les doux et les patients à toujours plus de progrès ; à menacer et châtier les négligents et les arrogants.
Des fautifs, il ne dissimulera pas les péchés ; mais, dès qu’ils paraîtront, il les coupera à la racine, autant que faire se peut, se rappelant le péril encouru par le prêtre Héli de Silo.
D’une ou deux admonitions, il réprimandera verbalement les esprits droits et compréhensifs ;
mais, pour les fourbes, les obstinés, les orgueilleux, les désobéissants, c’est par un châtiment corporel qu’il matera leur vice naissant, sachant qu’il est écrit : on ne corrige pas le sot par des paroles ;
et encore : Frappe de verges ton fils et tu délivreras son âme de la mort.

 

13 janvier
14 mai
13 septembre


Cette entrée a été publiée dans La regle de Saint Benoit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.