Chapitre 46 – Ceux qui font d’autres fautes

AU COURS D’UN TRAVAIL quelconque, à la cuisine, au cellier, dans le service de table, à la boulangerie, au jardin, dans l’exercice d’un métier quel qu’il soit et en quelque lieu que ce soit, si quelqu’un commet une faute,
casse ou perd quelque chose, se livre à quelqu’autre abus où que ce soit
et s’il ne vient pas de lui-même immédiatement devant l’abbé et la communauté faire réparation et avouer sa faute,
et que cela soit connu par un autre, il subira un châtiment plus rigoureux.

S’il s’agit d’un péché secret de l’âme, il s’en ouvrira seulement à l’abbé ou aux pères spirituels
qui savent soigner leurs propres blessures et celles d’autrui sans les dévoiler ni les faire connaître.

 

26 mars
26 juillet
25 novembre

Cette entrée a été publiée dans La regle de Saint Benoit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.