Chapitre 33 Les moines doivent-ils avoir quelque chose en propre ?

C’EST SURTOUT CE VICE-LÀ qu’il faut radicalement extirper du monastère.
Nul ne prendra la liberté de donner ou de recevoir quelque chose
sans ordre de l’abbé,
ni d’avoir rien en propre, absolument rien, ni livre, ni cahiers, ni crayon, absolument rien.
D’autant qu’il ne lui est même pas permis de disposer à son gré de son corps ni de ses désirs.
Mais il faut attendre du père du monastère tout le nécessaire et ne se permettre d’avoir rien que l’abbé n’ait donné ou autorisé.
Tout sera commun à tous, comme dit l’Ecriture, afin que nul ne dise ou prétende qu’une chose est à lui.
S’il est reconnu que quelqu’un se complaît dans ce vice détestable, on le réprimandera une et deux fois ;
s’il ne se corrige pas, il subira un châtiment.

 

11 mars
11 juillet
10 novembre

Cette entrée a été publiée dans La regle de Saint Benoit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.