Sainte Marie Mère de Dieu

Marie méditait dans son cœur.
Depuis la fête de Noël la semaine dernière, les célébrations se suivent et se succèdent à un rythme soutenu. Au point qu’on mélange un peu les événements concernant Jésus et ses parents. Pour la Sainte Famille nous méditions la fuite en Égypte, avant d’avoir entendu l’Évangile de l’Épiphanie, fête que nous célébrerons demain, tandis que les Saints Innocents étaient eux aussi fêtes avant la visite des Mages.
Pour Joseph et Marie aussi, tout est allé tellement vite, depuis l’Annonciation et jusqu’au retour à Nazareth avec l’enfant Jésus. Même en méditant les événements, ils se bousculaient aussi dans le cœur de Marie. Et il ne s’agit encore que le début de la vie de Jésus, le début des événements joyeux et des événements douloureux qui émailleront la vie de la Sainte Famille.
Dès le premier souffle de vie de l’Enfant Jésus, jusqu’à sa victoire sur la mort, Marie sera interpellée, surprise par les événements qui émailleront la vie de son fils. L’Annonciation était l’annonce d’une bonne nouvelle, mettre au monde l’Enfant-Dieu, celui-là même que les bergers et les mages sont venus adorer. Mais de suite après arrivent les événements douloureux : la fuite en Égypte, le massacre des Innocents,  puis le retour à Nazareth pour une vie cachée. Événements heureux, événements douloureux allaient se succéder tout au long de la vie de Marie.
Ayant médité dans son cœurs les bons et les mauvais jours, Marie pouvait assumer au fur et à mesure le présent, en se ressouvenant du passé, en trouvant la force dans ce passé.
Au début de cette année nouvelle, faisons nous aussi comme Marie. Gardons dans notre cœur les événements importants qui ont marqué notre histoire, tant au plan personnel que communautaire. À partir de ce passé, cherchons à avancer sur la voie que Dieu nous trace, et croyons que nous aurons la grâce, la force, quel que soit l’appel que Dieu nous adresse. Ce que nous avons vécu dans le passé nous permettra de vivre le présent et le futur.
Chaque année qui passe nous permet de faire des expériences dont nous nous souviendrons. Ces expériences qui nous ont enrichis, nous permettront d’appréhender l’année qui vient et de vivre sereinement ce qui nous sera proposé.
L’essentiel de notre chemin sur terre est de nous conformer toujours davantage à l’appel de Dieu sur nous. Oui, nous sommes enfants de Dieu, appelés à devenir cohéritiers avec le Christ. Ou, comme le disait Saint Paul ce matin :
Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, …
pour faire de nous des fils.
Marie a enfanté le Fils de Dieu pour que nous devenions fils dans le Fils. Marie est Mère de Dieu et elle nous invite à vivre comme elle la vocation qui nous est propre. Au début de l’année nouvelle, la liturgie nous propose la bénédiction du peuple par le prêtre Aaron et ses descendants.
Cette bénédiction solennelle, l’Église nous l’adresse à chacun de nous, afin de nous bénir, de bénir l’année qui s’ouvre, et bénir nos activités, nos familles, nos communautés.
Que le Seigneur te bénisse et te garde !
Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il se penche vers toi !
Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix !
Que cette Parole de Dieu nous fortifie tout au long de l’année qui s’ouvre. Que Marie, en ce jour où nous célébrons sa maternité divine nous accompagne dans nos joies et nos épreuves. Elle qui méditait tous les événements dans son cœur, qu’elle nous soit un modèle pour avancer joyeux sur notre route humaine et spirituelle. Nous sommes en chemin, avançant à la rencontre de notre Dieu, de son Fils Jésus, de Marie et de tous les saints.
Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix !
Frère Bernard-Marie
Cette entrée a été publiée dans Homélies 2011. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.